-->

Faune aviaire du Paraguay : les oiseaux échassiers

Les oiseaux échassiers s’observent dans les milieux aquatiques du Paraguay.

Héron cocoi - Garza mora, Ardea Cocoi

L’élégant héron cocoi, pouvant mesurer plus d’un mètre et demi, est l’un des oiseaux les plus grands du Paraguay. Solitaire et natif de l’Amérique centrale et du sud, le héron cocoi ne migre pas. Très actif dès l’aube, vous pouvez l’observer au bord du río entrain de pêcher. Très peureux, il s’envole dès que l’on l’approche. La partie supérieure de son crâne est noire, ses yeux sont jaunes et sont situés sur une zone de pelage qui est bleue. La pollution et la modification des canaux des fleuves affectent son alimentation et donc directement la survie de cette espèce, bien que la chasse soit aujourd’hui interdite.

Jabiru d’Amérique - Yabirú, Jabiru Mycteria

Le jabiru d’Amérique est un grand oiseau échassier de la famille de la cigogne. Considéré comme la plus grande cigogne d’Amérique, cet oiseau appartient à la famille Ciconiidae. Son nom provient du guarani qui signifie « cou gonflé » en référence à sa capacité de gonfler volontairement son cou. Connu au Paraguay sous le nom de « tuyuyu cuartelero », le jabiru d’Amérique est présent du Mexique à l’Argentine. Ses ailes et sa queue sont blanches et les plumes qui ornent son cou sont rouges. Cet oiseau muet n’a pas de cri, il communique par coups de bec.

Ibis plombé - Bandurria mora, Harpiprion Caerulescens

L’ibis plombé est une espèce d’oiseau des régions tropicales et sous-tropicales d’Amérique appartenant à la famille des Threskiornithidae. Vous pouvez observer cet oiseau dans le Chaco sec au bord des lagunes, des pâturages inondés ou des mares. Après la saison des pluies en été, leur habitat s’agrandit et s’étend jusqu’au Chaco central. Timide et toujours en alerte, cet oiseau prévient une intrusion étrangère par un bruit fort et strident, sort de l’eau pour se protéger et cherche un abri dans un lieu en hauteur comme un arbre mort ou une branche sèche.

Ibis à face nue – Cuervillo cara pelada, Phimosus Infuscatus

L’ibis à face nue se caractérise par son visage rosâtre, sans plumes. Son plumage est noir-vert, d’aspect brillant. Son bec clair est long et recourbé. Silencieux, il vit en petits groupes, nichant dans les zones humides du Bajo Chaco (marais, lagunes etc.). Le nid se compose principalement de joncs. Pacifiste, il se mélange avec d’autres de son espèce. Grâce à son bec, il filtre ses proies en se déplaçant lentement dans l’eau. Elle se compose d’insectes aquatiques, d’invertébrés et de mollusques.

Tantale d'Amérique - Tuyuyú, Mycteria Americana

De l’ordre des Ciconiiformes, cet échassier est entièrement blanc, avec le bout des plumes des ailes et du postérieur noires. Sa tête et son cou sont dépourvus de plumes, la peau est noirâtre. Présent dans tout le continent, il vit en groupe dans les zones humides terrestres : mangroves, marais, lacs ; dans les prairies lorsqu’elles sont inondées. Il aime se gargariser d’amphibiens, de poissons et de reptiles.

Aigrette neigeuse – Garcita blanca, EgrettaThula

L’aigrette neigeuse est haute de 65 cm, entièrement blanche, avec le contour des yeux jaune. Les pattes sont noires avec le bout jaune clair. Le bec noir et fin. Très bruyant, le cri de l’aigrette neigeuse est rauque. Grégaire, elle se mélange volontiers avec d’autres espèces comme l’ibis ou le cormoran. Vivant dans les terrains aquatiques (marais, rizières, plans d’eau etc.), elle se nourrit uniquement de capture animale : crustacés, mollusques, insectes etc.

Grande Aigrette – Garza blanca, Ardea Alba

Migratrice partielle en fonction du territoire, la grande aigrette est cosmopolite, on peut la trouver dans presque toutes les régions du monde. Au Paraguay, on l’observe particulièrement dans l’Alto Chaco et dans le Ñeembucú. Svelte, elle est entièrement blanche, avec les yeux et le bec jaunes. Les pattes sont noires. Son cou est long et fin, en forme de ‘‘S’’. Sociable, la grande aigrette est active de jour et aime vivre en groupe. Son cri est particulier lors des parades nuptiales, accompagnés d’acrobaties aériennes. Ces oiseaux peuvent vivre jusqu’à 23 ans. 0

Courlan brun - Carau, Aramus Guarauna

De la famille des Aramidés, le courlan brun est présent dans toute l’Amérique. Il habite dans tout type de zone humide, se régalant d’escargots aquatiques, de poissons, d’amphibiens ou d’insectes. Haut de 54 cm, son plumage est brun avec le cou tacheté de blanc. Son bec est jaune avec le bout foncé, et les pattes sont noires. C’est un oiseau qui vole bas, son cri énergique est reconnaissable, ressemblant à des kraui-kraui.

Jacana noir - Jacana, Jacana Jacana

Le jacana noir est un oiseau sudaméricain fréquentant les espaces aquatiques d’eau douce peu profondes. Il est noir avec des ailes marron-roux. Les rémiges sont jaunes verdâtres. La base du bec est une membrane rouge. Le nid, gardé par le mâle, se fait sur des plantes aquatiques. Les femelles s’accouplent avec divers mâles au cours de leur vie. Il a un répertoire de cris et de chants très varié mais plutôt désagréable à entendre : il grogne, caquète et miaule. Lorsque des prédateurs s’approchent d’eux, il peut devenir très agressif.

Bihoreau gris - Garza bruja, Nycticorax nycticorax

Présent dans la majeure partie du monde, le bihoreau gris évolue la nuit, près de la végétation dense et humide. Cet arboricole a tendance à suivre les impulsions de son groupe. L’adulte a un beau dégradé passant du noir, bleu, gris jusqu’au blanc, partant de la tête aux parties inférieures. Deux longues plumes blanches ornent la nuque. Le plumage des adolescents prend des tons bruns, avec quelques mouchetures blanches sur ailes. Le contour des yeux est vert clair. Cet oiseau est trapu de manière générale, avec un cou épais. Il se nourrit principalement de poissons, d’invertébrés et d’insectes. Plutôt silencieux, son cri rappelle le coassement du corbeau, de manière plus nonchalante.

Héron flûte-du-soleil – Garza silbadora, Syrigma sibilatrix

Le statique héron flûte-du-soleil est un héron coloré. La peau nue du contour des yeux est d’un bleu poudré, le bec noir et rose. La couronne est noire, avec de longues plumes gris-bleu sur la nuque. Le cou, la poitrine sont jaunes et le dos gris-bleu également. Il est observable dans les zones humides et herbeuses du Bajo Chaco et de Ñeembucú, dans la région d’Yvy. Ses rituels nuptiaux sont frappants, à base de danse, courses et combats. Son menu est varié : lézards, araignées, anguilles, larves, mollusques, etc.

Onoré rayé – Avetigre colorada, Tigrisoma lineatum

De la famille des Aréidés, l’onoré rayé est gris-brun. Son cou est rouge, mais sa discrète gorge est blanche. Ses pattes sont grandes et puissantes, pratiques pour se déplacer. Les juvéniles sont de couleur caramel, barrés de noir. C’est un oiseau des marais tropicaux, un peu moins visible durant la saison des pluies. Il a pour habitude de chasser immobile des petits poissons d’eau douce. Il mange également des libellules, coléoptères, larves ou crustacés.

Spatule rosée – Espatula rosada, Platalea ajaja

Cet admirable oiseau de 55 cm de hauteur est facilement reconnaissable par ses couleurs. Son plumage est rose, avec quelques rémiges carmin ou orangées. Sa queue est également teintée d’orange. Enfin, son long cou, sa tête et le haut de sa poitrine sont blancs. Son bec est singulier, il est large et plat comme une spatule, d’où son nom. La spatule rosée est présente dans tout le continent américain, particulièrement dans les mangroves, où elle aime nicher. Elle se nourrit exclusivement d’animaux aquatiques.

Bécasseau à poitrine cendrée – Correlimos pectoral – Calidris melanotos

Également appelé bécasseau tacheté, cet échassier est aussi un oiseau migrateur. Son plumage caractéristique est contrasté par son poitrail brun et par son ventre blanc. Il a également des sourcils couleur crème plus clairs que le reste de sa tête. Cet oiseau se reproduit dans le cercle polaire Arctique, en Sibérie et en Amérique du Nord, puis migre vers l’hémisphère sud où il demeure le temps de l’été austral. À cette période, on le trouve dans plusieurs pays sud-américain dont le Paraguay, mais aussi en Océanie. Occasionnellement, il fait halte en Europe. Il niche dans la toundra humide ou sèche. On le trouve régulièrement en bordure de plans d’eau, sur les berges herbeuses, dans les plaines, et plus rarement en bord de mer.

Phalarope de Wilson – Falaropo de Wilson - Phalaropus tricolor

Le phalarope de Wilson est aussi appelé phalarope tricolore. Il se reproduit dans les prairies d’Amérique du Nord, à l’ouest des États-Unis et du Canada. Il migre ensuite en Amérique du Sud, en passant par l’Amérique Centrale entre mars et avril, puis entre septembre et octobre pour revenir. Ce petit échassier mesure 23 cm de long, et se caractérise par un bec noir long et fin. La femelle est de couleur principalement grise et châtaigne sur la partie haute du corps, blanche sur la partie basse, avec le cou roux, et des touches de roux sur le flanc. Les couleurs du mâle sont plus douces, avec le cou brun et pas ou peu de touches de roux.