-->

La seconde moitié du XVIIIe siècle

Les tensions entre les Espagnols et les Portugais sont constantes en Amérique du Sud. Les bandeiros n’ont de cesse de faire des campagnes en territoire espagnol en quête d’esclaves. Les frontières entre les territoires des deux couronnes changent régulièrement.

Domingos Jorge Velho l’un des plus célèbres bandeirantes des siècles 17 et 18

Vers la moitié du XVIIIème, l’Espagne et le Portugal, se voyant menacé militairement et/ou politiquement par l’autre, se trouvent disposés à signer un traité. En 1750, ce traité dit des limites est ratifié : la couronne espagnole cède le territoire compris entre les rivières Uruguay et Ybycuí en échange de la colonie du Saint Sacrement et des territoires de la rive nord du Río de la Plata. La couronne espagnole perd 7 réductions jésuites mais gagne l’accès et la navigation exclusive sur le Río de la Plata. Toutefois, ni les jésuites ni les indigènes ne sont favorables à cet accord : ils refusent de se soumettre à cette décision et organisent une résistance armée. Ce conflit, connu comme la Guerre des Guaranís, culmine avec la défaite jesuito-guarani en 1756 lors de la bataille de Caaibaté.

																					
Réductions jésuites, Paraguay, Argentine et Brésil

En 1777, un nouveau traité restitue les territoires en conflit à l’Espagne. Mais à cette époque les jésuites n’étaient déjà plus présents sur le territoire. Ils ont été, un temps, très puissants et avaient pratiquement la souveraineté sur les territoires qu’ils contrôlaient. Le pouvoir et l’ingérence des jésuites étaient tellement influents dans le monde que cela leur a valu de nombreuses critiques.Les couronnes d’Europe ont commencé à sentir la menace peser sur leur puissance. Les jésuites sont alors successivement chassés des territoires autant en Europe que dans les colonies américaines.

Tout au long du XVIIIème, les Espagnols ont établi des villes sur le territoire. Mais celui-ci était tellement vaste que le temps que les nouvelles arrivent au vice-roi du Pérou, les situations changeaient et les décisions prises à Lima n’avaient plus lieu d’être quand elles parvenaient aux colonies. Pour pallier ce problème, la couronne prend la décision d’établir un nouveau vice-roi du côté Est du continent. En 1776, la nouvelle vice-royauté comprend Buenos Aires comme centre de décision et les territoires du Paraguay, de Tucumán, du Potosí de Santa Cruz et de Charcas.

																					
La moitié du XVIIIe siècle au Paraguay

En 1782, ce grand territoire est divisé en 8 intendances avec à la tête de chacune un gouverneur répondant à l’autorité du vice-roi. En 1805, l’intendance du Paraguay récupère la gestion des territoires des missions. Cette réorganisation favorise non seulement l’indépendance politique de la région mais surtout son développement économique. En 1778 est ratifié le libre commerce entre les colonies et les échanges sont de plus en plus prospères. Entre 1776 et 1793, la quantité de marchandises du Paraguay est multipliée par cinq et Buenos Aires devance Lima en termes d’exportation.