-->

La situation politique du Paraguay au XIXe siècle

En septembre 1813, un nouveau congrès national se réunit. Plus de 1000 députés sont présents et décident de changer la façon de gouverner : deux consuls, Rodriguez de Francia et Fulgencio Flores, alterneront tous les quadrimestres.

José Gaspar Rodriguez de Francia

La République du Paraguay est proclamée le 12 octobre 1813. C’est la première république du continent. Bien que les deux consuls aient les même pouvoirs et prérogatives, Flores délègue progressivement et Rodriguez de Francia gagne en responsabilités. Le 14 novembre 1814, Francia est nommé Dictateur Suprême pour une première période de 5 ans. Puis en 1916, le congrès national le nomme cette fois Dictateur Perpétuel de la République du Paraguay. Francia fait fermer les frontières et interdire les contacts et le commerce avec les pays voisins. Il fait aussi instaurer les récoltes bisannuelles, ce qui évite au pays et à ses habitants de se trouver à court de vivre. Francia meurt en 1840 après 29 ans au pouvoir.

																					
Carlos Antonio López, président Paraguay

La mort du dictateur donne lieu à une alternance de différents gouvernements jusqu’en mars 1840, où deux nouveaux consuls sont désignés. En 1842, l’indépendance du Paraguay est ratifiée, « Viva Nuestra Independencia » (vive notre indépendance) devient l’hymne national et l’esclavage est abolit. En 1844, un nouveau congrès national établit que le Président est choisi pour des périodes de 10 ans et la première constitution sépare les pouvoirs. Le Président désigné est Carlos Antonio López. Il établit de nombreuses avancées lors de ses mandats : les premiers bateaux construits au Paragay sortent des ports (certains avec des coques métalliques), les premières lignes de télégraphes et de trains sont tracées, puis les premiers billets sont mis en circulation.

En 1845, le dictateur argentin ne reconnait pas le Paraguay indépendant, il ferme le port de Buenos Aires aux navires guaranis. Ce n’est qu’en 1852 avec la mort de Rosas que l’Argentine reconnaît le Paraguay comme indépendant et les relations entre les deux pays se normalisent. En 1762, Carlos Antonio Lopez meurt et son fils désigné par un nouveau congrès extraordinaire prend sa succession. Mais son mandat ne sera pas simple : les accords frontaliers signés pas son père deviennent caducs.

																					
Bernardo Berro, président de l’Uruguay

Para ailleurs en 1863, l’Uruguay se trouve sous pression pris en étaux entre les intérêts argentins et brésiliens. Le président uruguayen Bernardo Prudencio Berro se retrouve menacé par un mouvement politique contre le gouvernement blanc qui compte avec l’appui des argentins. Quant aux brésiliens, ils font pression pour récupérer des terres sur le territoire uruguayen pour le bétail. Berro envoie alors une requête au Paraguay pour que celui-ci devienne médiateur. Cependant ni l’Argentine ni le Brésil ne lui reconnaissent ce rôle. Ceci alerte la nation paraguayenne voyant ici un danger dans la stabilité de la région. En 1864, le Brésil adresse un ultimatum à l’Uruguay et suite à cela le Paraguay annonce que si le territoire uruguayen est envahi il assimilera cette attaque comme motif de guerre.

Le 16 octobre 1864, le Brésil envahi l’Uruguay. Comme représailles et en accord avec ses engagements, le Paraguay arrête un bateau commercial brésilien qui naviguait sur la rivière Paraguay. C’est le début d’un grand conflit international.