-->

Visite de la région d’Asunción, Paraguay : guide de voyage

Asunción, Areguá, Caacupé, Capiatá, Itauguá, San Bernardino, San Lorenzo, Yaguarón, Ypacaraí

VILLE D'ASUNCION - voir notre dossier spécial

Siège du gouvernement paraguayen, Asunción est le plus grand centre urbain du pays. Fondée en 1537, la ville est l’une des plus anciennes cités d’Amérique latine. Elle fut le point de départ de conquistadores dans les pays voisins. Son patrimoine architectural hérite de la période coloniale. Organisée autour de sa place centrale, la ville est très agréable avec ses arbres et ses marchés hauts en couleur.

 

 

MUSÉE MYTHIQUE RAMÓN ELIAS

Le musée est situé dans la petite ville de Capiatá, à 19 kilomètres d’Asunción. Le nom du musée provient de son fondateur Ramón Elias, qui s’est dédié durant plus de 20 ans à la culture de son pays. Ouvert en 1979, l’endroit recueille les souvenirs et une belle collection de bibelots des ancêtres paraguayens propres aux mythes des différentes cultures du pays : guaranis, franciscains, jésuites, période coloniale etc. Voyage direct dans l’histoire et l’imaginaire de ces cultures qui ont façonné le pays !

AREGUÁ

Areguá est la capitale de la région Centrale du Paraguay. Ville du lac, capitale de la céramique paraguayenne et surnommée « ville de la Fraise », elle est située à 28 km d’Asunción, au bord du lac Ypacaraí. Jusqu’à la fin du XVIe siècle, la ville est colonisée par les Franciscains qui y installent une mission jésuite. À la fin du XIXe siècle, la ville se transforme en ville estivale grâce à son lac.
Le Cerro Koi, curiosité géologique, est l’une des attractions touristiques de la ville. Il appartient à la chaîne de montagnes de la Cordillère de Ybytypanema. Il a été déclaré patrimoine naturel du Paraguay en 1993 pour sa forme originale.
Tous les ans, au mois d’août, on célèbre « le festival de la Fraise ». À cette occasion, les producteurs offrent des fraises et des produits transformés.
La ville est aussi spécialisée dans la production artisanale de céramique. Un marché permanent de céramique est installé le long de l’avenue principale d’Areguá. Le Centre d’Artisanat du bassin est un local d’exposition et de vente de céramique. Le centre culturel du Lac a ouvert ses portes en 2010 pour promouvoir la céramique originaire d’Areguá.
Plusieurs galeries d’art sont le poumon culturel de la ville. Parmi elles : “Guggiari Arte”, “Luis Cogliolo Galería de Arte”, “Paseo La Candelaria”, “Areguá pesebres”, “El Cántaro » y « Centro Cultural del Lago ». L’écrivain paraguayen Gabriel Casaccia, originaire d’Areguá, a écrit une grande partie de son œuvre dans sa ville natale.
Areguá présente une architecture coloniale avec de jolies petites maisons et des rues pavées. Ces maisons sont construites à l’époque où Areguá se transforme en station balnéaire, les maisons étant principalement des résidences secondaires.

CASTILLO CARLOTA PALMEROLA - AREGUA

Le château Carlota Palmerola, inspiré des châteaux médiévaux est l’une des constructions les plus impressionnantes d’Areguá. Cette propriété est riche en histoire et son architecture riche de détails.
Sa construction, initiée par le maréchal Francisco Solano López et Elisa Lynch connue sous le nom de Madame Lynch, commence en 1865. Elisa Lynch avait trouvé en Areguá le lieu parfait pour construire une grande demeure. En effet, Areguá a été le berceau des premières expressions culturelles et artistiques du romantisme qui séduit le Paraguay au milieu du XIXème siècle. Carlota de Palmerola en fait l’acquisition en 1904, restaure le bâtiment et cède une partie de la propriété, incluant le château, à des sœurs dominicaines qui en font un couvent. La communauté Nuestra Señora del Carmen est la première à y avoir habitée.
Aujourd’hui, vous y trouverez un musée avec du mobilier d’époque, des objets ayant servis il y a plus de 100 ans et des anciennes photos de la famille Palmerola ainsi que des photos des premières religieuses qui y vécurent. Déclaré Patrimoine Culturel de la Nation, il est ouvert au public tous les dimanches de 8 h 30 à 17 h 30.
Ce lieu calme, paisible et spirituel accueille également des retraites avec plus de 30 chambres disponibles.

CAACUPÉ

Caacupé, capitale du département de la Cordillera, est située à 54 km à l’est d’Asunción, capitale du Paraguay. Son nom provient du guarani et signifie « derrière la colline ». En effet, elle fait partie de la Cordillère de los Altos, sommets depuis lesquels on peut observer le lac Ypacaraí.
Centre de la foi catholique au Paraguay, un pèlerinage anime la ville tous les 8 décembre en l’honneur de Notre-Dame des Miracles, une statue sculptée au XVIème siècle. La cathédrale Notre-Dame des Miracles est l’église principale de la ville et lui a permis d’obtenir l’appellation « Capital Espriritual del Paraguay », capitale spirituelle du Paraguay.
L’une des attractions principales de la région est le Cerro Kavaju, déclaré lieu protégé en 2014. Cette formation géologique possède trois terrasses naturelles en pierre.
La ville vit de la culture de goyaves, de la préparation de chipa, de l’industrie d’eau minérale et de la culture de fleurs dont l’entreprise locale Cabañas a fait son activité principale. Une grande partie de la population travaille dans le secteur primaire. Caacupé est aussi une ville d’artisanat. La tradition d’orfèvrerie est importante dans l’élaboration de pailles et de calebasses pour le maté et le tereré.
Le carnaval de la ville attire beaucoup de curieux. Des délégations et des artistes viennent de tout le pays pour l’occasion. Célébré le 23 février, il est le second carnaval le plus important du pays après celui d’Encarnación.

CERRO YAGUARÓN

Le Cerro Yaguarón est un mont situé dans le département Paraguarí aux alentours de la ville qui porte le même nom. Il fait partie de la cordillère d’Ybytypanemá. À son sommet, situé à 325 mètres d’altitude, vous pourrez retrouver un mirador qui permet d’apprécier la petite chaîne de montagnes et une croix dédiée à Santo Tomás. Lors de la Semaine Sainte, des milliers de personnes revivent l’ascension du Christ sur le mont des Oliviers en empruntant le sentier du Cerro Yaguarón. Le lieu est habité de plusieurs légendes, à découvrir au fil de son ascension.

ITAUGUÁ

Itauguá est une ville du département Central du Paraguay. Elle a été fondée en 1728 par le militaire espagnol Martín de Barúa, gouverneur du pays de 1725 à 1730. Les premiers habitants d’Itauguá sont les descendants de la noblesse d’Espagne, membres de l’expédition de Sencia de Mencia. Son nom provient du ruisseau Itay qui a irrigué une partie du territoire ; il deviendra par la suite Itauguá.
Elle est la ville d’origine du Ñandutí, dentelle artisanale à l’apparence d’une toile d’araignée. Des milliers de visiteurs viennent chaque année assister au célèbre festival national Ñandutí. Lors de cet évènement, des défilés sont programmés avec des costumes et objets artisanaux dans ce style de tissage typique et représentatif du Paraguay. Musiques traditionnelles et danses folkloriques sont également au rendez-vous.
Itauguá est réputée pour ses maisons et ses façades au style colonial donnant cette impression de ville d’époque. Construite après la guerre contre la Triple Alliance, son église Virgen del Rosario est un édifice clé du patrimoine de la ville. Le musée San Rafael abrite des objets religieux et des objets ayant appartenu aux colons de la période coloniale.

LAC YPACARAÍ

Situé dans le département central du Paraguay, le lac Ypacaraí est l’une des attractions touristiques majeures de la région. Mondialement connu grâce à la chanson «  Recuerdos de Ypacarai » de Zulema de Mirkin et Demetrio Ortiz, c’est l’un des deux principaux fleuves du Paraguay.
Ses plages et ses rives ravissent locaux et visiteurs. Peu profond, il se remplit de petites embarcations lors de la saison estivale. On y pratique aussi des sports nautiques. Une nature abondante et sauvage entoure le lac. Les trois villes qui bordent le lac, Areguá, Ypacaraí et San Bernardino, présentent un intérêt touristique.
Vous trouverez à Areguá de nombreuses expositions et des points de vente de céramiques locales. Le centre « Guggiari Arte » présente les œuvres du sculpteur paraguayen Hermann Guggiari et d’autres sculpteurs paraguayens.
La plage municipale d’Areguá offre un accès direct au lac avec des vestiaires, des bars et des points de restauration.
À Ypacaraí, vous pourrez visiter la maison de la culture qui retrace l’histoire de la ville avec des expositions, du théâtre et des concerts. Chaque année, la ville accueille l’un des festivals folkloriques les plus importants du pays : le « festival del Lago ». Autour de la ville, le parc national d’Ypacaraí préserve 16 000 hectares de richesses naturelles dont des forêts semi-décidues, une savane boisée ou encore le fleuve Salado.
San Bernardino est la station balnéaire du Paraguay qui attire des milliers de personnes lors des vacances d’été. Sa vie nocturne est animée avec de nombreux bars et discothèques. Les sports nautiques autour du lac sont très populaires.

RÍO PARAGUAY

Il est l’un des plus importants d’Amérique latine. Il naît au Brésil puis traverse la Bolivie, le Paraguay et se jette dans le Río Paraná en Argentine.  Il possède des zones humides, des marécages, des lagunes et des espaces navigables à proximité de la région d’Asunción. Le río est navigable sur une bonne partie de son extension.  Durant les mois où la pratique de la pêche est autorisée, de début février à fin octobre, les adeptes viennent attraper des surubies, des pacus ou encore des poissons chats.

SAN BERNARDINO

Appelée “la ville de l’été”, San Bernardino a été fondée le 24 août 1881 par des immigrants allemands suite à la Guerre de la Triple Alliance. San Bernardino a ainsi commencé son histoire avec cinq familles venues de Berlin : Luis Siedow, Julio Wache, Othon Degenhard, Eduardo Stanzel et Frederico Schönfeld.
San Bernardino est une destination très fréquenté en famille, entre amis les week-ends et surtout pendant la période estivale c’est-à-dire de décembre à fin février. Au premier abord, ce qui fait le charme de San Bernardino, c’est sa riche végétation et son fameux lac Ypacaraí.
Il est recommandé de faire un tour de vélo le long du lac Ypacaraí en y incluant un arrêt pour contempler la vue depuis la plage. Les visiteurs peuvent faire une promenade architecturale pour observer les maisons de style coloniale. Parmi les choses à faire, on peut aussi citer le commerce de produits artisanaux, les excursions nautiques sur le lac ou encore la visite de l’église San Bernardino.

SAN LORENZO

Située dans le département central, à 9km d’Asunción, San Lorenzo est une ville créée au XVIIème siècle par les Jésuites. Après l’expulsion des Jésuites en 1767, l’officier de l’armée espagnole et gouverneur du Paraguay de 1772 à 1778, Agustín Fernando de Pinedo fonde la ville le 10 août 1775.
San Lorenzo est très réputée pour son imposante et  sublime Cathédrale de style néo-gothique catholique du début du XXème siècle et dont la construction a pris près de cinquante ans. Elle fascine les adeptes d’histoire et d’architecture au même titre qu’elle séduit les visiteurs venus du monde entier. Elle possède des voûtes en bois couvertes d’illustrations picturales.  Ses décorations, ses reliefs et ses frises participent à la beauté de cet édifice.

YAGUARÓN

Yaguarón est une ville paraguayenne située dans le Nord-Est du département Paraguarí. Reconnue pour son architecture coloniale, elle vit de l’art et de la culture au temps des franciscains. Ces derniers, sous les ordres de Fray Alonso de Buenaventura, construisent en 1600 l’imposante église de la ville qui est encore aujourd’hui l’une des plus jolies constructions franciscaines du pays. Le musée Gaspar Rodríguez de Francia, qui expose de nombreux objets du XIXe siècle, est situé à seulement 100 mètres de cette église. Au sommet du mont Yaguarón, vous pourrez observer les villes de Pirayú, Itá, Paraguarí et Carapeguá. Yaguarón est également connue pour avoir conservé l’une des plus vieilles traditions musicales du Paraguay : le groupe Para´i « Peteke Peteke » qui utilise des instruments ancestraux qui appartenaient aux Guaranis.

TOBATI

Ville du département Cordillera, Tobatí est situé à 63 km d’Asunción. Fondée au XVIème siècle par Domingo Martinez de Irala, la capitale de l’artisanat et de la céramique est aujourd’hui la deuxième plus grande ville du département en nombre d’habitants. Son nom provient du guarani, « toba » qui signifie « visage » et « ti » qui signifie « blanc » car le peuple qui y vivait avant la colonisation espagnole avait la peau blanche, ce qui était très rare. Le fleuve Piribebuy divise la ville en deux parties égales. Le sol de la région ne permet pas le travail de la terre. L’économie de la ville se résume ainsi à l’industrie céramique, poterie, à la culture de riz et à l’élevage d’animaux. C’est un lieu idéal pour les amateurs de sports extrêmes grâce à ses nombreux sentiers.

SITE HISTORIQUE CERRO LEON

Le site historique Cerro León est un ancien centre d’entrainement de soldats paraguayens pour se préparer à la Guerre de la Triple Alliance. Aujourd’hui transformé en musée, le site avait été commandé par le maréchal López. De nombreux jeunes paraguayens ont effectué leur service militaire dans cette base. Aujourd’hui, il ne reste que deux bâtiments sur les 40 construits à l’origine et détruits pendant la guerre. Le camp militaire était relié au reste du pays par la station de train Cerro León et la station de Pirayú. Le musée qui expose des objets militaires de l’époque est ouvert du mardi au dimanche.

PIRAYU

Située à 50 kilomètres d’Asunción dans l’extrême nord du département du Paraguarí, Pirayú est une petite ville au milieu de la campagne paraguayenne. Entourée de monts qui appartiennent à la Cordillère de los Altos, les sommets les plus hauts sont Yvytypané, Mbatoví y Santo Tomás. La production artisanale de tissu est l’une des activités principales de la ville. La production agricole de canne à sucre, de manioc et de fruits fait aussi vivre ses habitants. L’attraction touristique de la ville est l’Arroyo Madama, une forêt dense avec une cascade magnifique qui apporte une touche de fraicheur. Elle aurait été le lieu préféré d’Elisa Lynch, compagne de Francisco Solano López, lors de fortes chaleurs.