-->

Ñanduti

Le Ñanduti est une dentelle traditionnelle paraguayenne. Son nom provient du Garaní et signifie « toile d’araignée ». Symbole de la ville d’Itauguá, la dentelle de Ñanduti est considérée comme la reine de tout l’artisanat du Paraguay.

Découverte du tissu Ñanduti, Paraguay

« Si tu n’emmènes pas avec toi un Ñandutí, c’est comme si tu n’étais jamais venu au Paraguay » Flora Paniagua Britez

L’histoire du Ñanduti est en relation directe avec l’évangélisation des indigènes de la zone. On suppose qu’il est apparu aux XVIIe et XVIIIe siècle, à l’époque coloniale et proviendrait de la dentelle de Tenerife, situé aux îles Canaries. Cette dentelle serait donc le résultat d’une histoire de technique, de fil et d’aiguille apportés d’Espagne.
Bien que le Ñanduti fût donc importé d’outre-mer, les artisans locaux ont su en tirer parti et l’ont enrichi à travers de nouvelles variantes. Bien plus qu’un élément représentatif du Paraguay, c’est un héritage qui perdure dans le temps : le Ñanduti est devenu une véritable fierté.

											https://www.paraguay-excepcion.com/guide-voyage/photos-dentelle-nanduti										
voir nos photos
Conception du tissage Ñanduti, Paraguay

Ces dentelles, composées de cercles à trame ouverte, disposent de la même base que celles de typiques dentelles provenant d’autres régions sud-américaines. L’imagination des femmes paraguayennes a su donner vie au Ñanduti en donnant à ces dentelles des formes traduisant ce qui les entourent : les astres, les fleurs et les animaux provenant de la forêt Guaraní. Il est en effet fort probable de retrouver par exemple au centre du tissage des dessins de fleurs natives paraguayennes, les motifs tissés les plus connus sont alors la fleur du Guayabo ou encore la fleur du Mburukuja. Cette inspiration est puisée de l’amour porté par une population sur ces terres.

																					
Tenue de danse Ñanduti, Paraguay

Le Ñanduti est travaillé à partir d’une toile tendue sur un cadre en bois léger. Une fois la dentelle terminée, le cadre en bois peut ensuite être éliminé ou non, selon la création. La toile s’organise en plusieurs cercles brodés en motifs géométriques de fils blancs ou bien de couleurs vives. Autrefois, les fils étaient filés manuellement, mais aujourd’hui sont utilisés des fils industriels. Comme son nom l’indique, elles ressemblent fortement à la forme naturelle d’une toile tissée par l’araignée : un réseau de fils entrelacés et formant des nœuds. Généralement, ces dentelles sont destinées à la réalisation de détails vestimentaires, comme par exemple pour apporter une touche décorative sur les chapeaux et elles peuvent être également utilisées comme ornements religieux.

Plusieurs légendes viennent s’articuler autour du Ñanduti, mais elles ont toutes en commun une histoire d’amour entre deux guerriers Guaraní et une jeune et belle femme brune.

																					
Tissu traditionnel du Paraguay

Afin de conquérir son amour, la jeune femme attend de recevoir le plus précieux des présents. L’un des deux guerriers rencontra en haut d’un arbre, éblouit par la lumière de la lune, une magnifique dentelle argentée. Décidant de s’en emparer pour l’offrir à sa bienaimé, le second guerrier prie de jalousie et prêt à tout pour que son rival ne conquit le cœur de la jeune femme avant lui, le tua d’une flèche en plein cœur. Le guerrier survivant grimpa à l’arbre, tentant de saisir cette dentelle argentée : ce n’était finalement qu’une toile d’araignée.

Des années plus tard, après avoir pris la fuite et garder ce terrible crime en secret, il avoua tout à sa mère et l’emmena jusqu’à l’arbre en question, et à leur grande surprise, la toile était à nouveau présente. Afin de réconforter son fils, la mère lui confectionna une dentelle similaire à cette fameuse toile en étudiant le travail minutieux des araignées.

La légende ne dit pas si la jeune et belle femme fut conquis, mais nous savons aujourd’hui que le Ñanduti a su conquérir plus d’une personne !