-->

Les mammifères du Paraguay

Le Paraguay abrite de nombreux mammifères. La diversité du climat et des paysages offre un habitat naturel unique pour ces espèces.

   
Carpinchos ou capibaras (Hydrochoerus), Paraguay

Les capybaras – carpinchos ou capibaras – Hydrochoerus hydrochaeris

Au bord du fleuve Paraguay, vous pourrez observer des capybaras, le rongeur le plus grand du monde. Avec ses yeux noirs et ses petites oreilles dressées, le capybara est connu pour être un animal amical et sédentaire. Il passe sa journée à se reposer au bord du fleuve, pour réguler sa température corporelle mise à l’épreuve lors des journées de grande chaleur. Les capybaras se nourrissent uniquement de plantes. Ils peuvent ingérer jusqu’à 4 kilos d’herbes par jour. Ces mammifères vivent en groupes pouvant atteindre 20 individus. Leurs principaux prédateurs sont les pumas, les anacondas ou les yacarés. Timides, les capybaras se protègent en se cachant dans le rio ou au milieu d’une dense végétation. Très intelligents, ils s’adaptent facilement à des conditions de vie différentes et aux changements subis par leur habitat naturel.

																					
Coati à museau blanc (Nasua narica)

Les coatis – Nasua nasua

Le coati est une espèce de mammifère carnivore de la famille des Procyonidae qui habite majoritairement dans les forêts sud-américaines proches des points d’eau. Brun sur le dos et blanc sur le ventre, il possède une queue rayée. Le noir de son museau remonte jusqu’à ses yeux, maquillage naturel qui le rend si gracieux. Ces petits animaux préfèrent dormir en hauteur dans les arbres. Ils se déplacent de branches en branches avec beaucoup d’agilité et utilisent leur queue pour se rattraper en cas de chute. Une fois à terre, ils marchent à quatre pattes.

																					
Coati à museau blanc (Nasua narica)

Les coatis vivent en communauté. Les mâles sont les plus solitaires et cherchent leur nourriture principalement la nuit. Lors de la période de reproduction, les mâles sont particulièrement agressifs envers les autres mâles. Ils se nourrissent de plantes, de fruits, d’insectes et de petits vertébrés tels que des grenouilles, des petits oiseaux et des mammifères. La diversité alimentaire du coati lui confère une importance majeure dans les forêts car il consomme une grande quantité de fruits et aide à la dispersion des semences favorisant ainsi la régénération des écosystèmes perturbés. Leurs principaux prédateurs sont les félins et les boas.

																					
Loutre géante, Paraguay CC

La loutre géante – Pteronura brasiliensis

La loutre géante est un mammifère carnivore d’Amérique du Sud observable au Paraguay. C’est le plus grand représentant de l’ordre des Mustelidae, et l’unique représentant du genre Pteronura. Vous pourrez les observer en groupe, nageant et plongeant pour attraper leurs proies ou simplement en train de jouer dans l’eau, dans le Pantanal paraguayen. Les groupes s’organisent autour d’un couple dominant. Ils communiquent entre eux grâce à différents sons. Ces loutres sont uniques de par leur taille : les mâles peuvent mesurer jusqu’à 1,80 mètres de long et peser jusqu’à 45 kilos. Les loutres géantes sont en voie d’extinction. Autrefois, on les tuait pour leur peau. Aujourd’hui, l’espèce souffre de la détérioration de son habitat naturel même si la chasse en est interdite.

																					
Douroucouli Paraguay CC

Le Douroucouli, singe de nuit – Aotus

À la tombée de la nuit, avant que le soleil ne se cache, on peut observer des acrobaties dans les branches des forêts du Chaco. Ce sont les douroucoulis qui vous proposent ce spectacle. Ce petit animal, qui ressemble à un lémurien, a de grands yeux qui lui permettent de reconnaître toutes les couleurs ; à la différence d’autres animaux nocturnes qui ne voient pour la plupart qu’en noir et blanc. La lumière de la lune leur permet de vaquer librement à leurs activités nocturnes. Très agiles, ils se déplacent dans les arbres grâce à leurs doigts puissants et se nourrissent de feuilles, de fruits, de fleurs mais aussi d’araignées et d’insectes. La femelle douroucouli a une portée par an.

																					
Daguet gris (Mazama gouazoubira)

Le Daguet gris – Mazama gouazoubira

Le daguet gris est un cervidé de taille moyenne d’Amérique latine. Il est observable depuis le sud du Mexique jusqu’au nord de l’Argentine. Ne présentant pas un grand dimorphisme sexuel, les mâles comme les femelles atteignent entre 55 et 65 cm de hauteur et jusqu’à 140 cm de long. Son pelage est brun avec des nuances de gris, ce qui le distingue des autres espèces de Mazama. Le jeune daguet gris est tacheté et ressemble à un petit faon.  Cet animal aime les zones boisées. Son alimentation se résume à des pousses tendres, des feuilles, des fruits et quelques champignons. Solitaire et très territorial, il décortique les troncs d’arbre et laisse des sécrétions à forte odeur pour marquer son territoire. La période de reproduction se déroule en automne et se termine par la naissance d’un seul petit.

																					
Tuco-tuco, Paraguay CC

Le tuco-tucos – Ctenomys

Le tuco-tuco est un animal parfaitement adapté aux sols sablonneux de la savane paraguayenne. Creuseur professionnel, ce rongeur habile possède de puissantes griffes qu’il utilise pour creuser la terre et se déplacer rapidement dans ses tunnels. Travailleur acharné, il n’est pas rare de voir des monticules de sable proches de ses galeries souterraines. Pour un animal qui vit sous terre, ses yeux sont particulièrement grands et sont situés très hauts sur sa tête, ce qui lui permet d’observer son environnement même s’il est dans son nid. Il ne s’échappe de son nid que pour de brèves périodes pour couper des racines ou des tubercules. S’il se sent en danger, son pelage gonfle, il émet des cris et montre ses grandes dents et notamment ses incisives qui ont la particularité d’être orangées. Ses principaux prédateurs sont les hiboux et les serpents qui permettent la régulation de la population. Sans cette régulation naturelle, l’espèce est un danger pour les plantations.

																					
Pécari du Chaco (Catagonus wagneri) ou Tagua

Le pécari du Chaco – Pecarí Taguá – Catagonus Wagneri

Connu localement sous le nom de taguá, le pécari du Chaco est le plus grand des pécaris que l’on peut trouver dans le Chaco paraguayen. Il se différencie de ses pairs par sa taille, jusqu’à 1,10 m de large et 35 kg contre 90 cm et 20 kg en moyenne pour les autres pécaris. Ces grands timides vivent en petits groupes de 4 à 8 individus adultes. Majoritairement végétariens, les taguás peuplent le Gran Chaco jusqu’aux zones les plus sèches. Ils sont capables de vivre dans des zones sans eau, grâce aux plantes dont ils se nourrissent. Autrefois chassé, il est aujourd’hui protégé. Le Centre Chaqueño pour la Conservation et l’Investigation situé dans la région du Chaco a été créé initialement pour sauver cette espèce, considérée en menace d’extinction.

																					
Pécari à collier (Pecari tajacu) Paraguay

Le pécari à collierPecarí de collar Pecari Tajacu

Présent dans tout le continent américain, ce pécari châtain-gris se distingue par son collier de poils plus clairs. Vivant dans les forêts subtropicales du Paraguay, il est essentiellement frugivore. Il peut toutefois manger quelques insectes et reptiles. Agile, il n’a pas peur de ses prédateurs, comme le jaguar et le puma par exemple, et n’hésite pas à attaquer en cas de menace. Actif seulement la journée, cet animal vit également en groupe, allant jusqu’à une vingtaine de membres.

																					
Pécari à lèvres blanches (Tayassu pecari)

Le pécari à lèvres blanchesPecarí barbiblanco Tayassu Pecari

Le pécari à lèvres blanches se trouve en Amérique latine, plus particulièrement en Guyane et au Brésil. Son habitat peut varier, il sait en effet vivre autant dans les forêts subtropicales que dans les mangroves ou dans les prairies sèches. Son poil brun-noir se hérisse lorsqu’il s’énerve. Solidaire avec ses congénères, il peut parfois faire partie d’une bande de plus de 200 pécaris. Le pécari à lèvres blanches est omnivore, son alimentation est donc très riche et variée. La chasse et la déforestation sont les deux obstacles à la prospérité de son espèce. Il est, comme le pécari taguá, menacé d’extinction.

																					
Puma

Le Puma – Puma concolor

Le puma, aussi appelé lion de montagne, vit en Amérique, du Canada jusqu’à la terre de feu en Amérique du Sud. Peuplant aussi les Andes, il peut vivre à une altitude pouvant atteindre 5 800 mètres. Si par chance vous observez un puma dans le Gran Chaco, il sera soit tôt le matin soit la nuit. La démarche des pumas est très silencieuse et leur technique de chasse témoigne de leur discrétion. Ils attendent cachés pour attaquer subtilement quand leur proie approche. Les pumas adultes vivent seuls et se rassemblent uniquement lors de la période de reproduction.

																					
Souris oppossum CC

La souris-opossum – Marmosa- Thylamys elegans

Les souris-opossums appartiennent à la famille des opossums et des marsupiaux, car même si les femelles ne possèdent pas de poches abdominales, les bébés qui viennent de naître continuent de se développer sur le dos de leur mère après leur naissance. Ce petit mammifère relativement peu connu occupe le Chaco paraguayen, son habitat naturel situé le plus au Nord. La souris-opposum préfère les zones sèches où elle vit dans des troncs d’arbres et dans des trous creusés dans la terre. Elle s’alimente avant tout d’insectes, c’est donc un animal très utile dans la chaîne alimentaire et la régulation des écosystèmes. Même si elle ressemble à une souris, les deux espèces ne sont pas parents et la souris-opposum ne transmet pas le virus hantavirus, pandémie redoutée au Paraguay.

																					
Jaguar (Panthera onca), Paraguay

Le jaguar – Panthera onca

Le jaguar est un mammifère carnivore appartenant à la famille des Felidae. Avec le tigre, le lion, l’once et le léopard, il est l’un des cinq grands félins du genre Panthera. Mesurant entre 80 et 100 cm, il est le troisième plus grand félin du monde et le plus grand félin d’Amérique latine. Bon nageur, bon grimpeur et très bon coureur, il n’a également pas peur de l’eau. Il possède un régime alimentaire très diversifié. Il mange principalement des tapirs, des pécaris, du gibier et des souris. Il capture aussi des poissons et des amphibiens comme des caïmans dans l’eau. Son pelage tacheté fait de lui un animal très majestueux.

																					
Tamanoir, ou fourmilier géant, (Myrmecophaga tridactyla) Paraguay

Le Fourmilier à collier, le Tamanoir – Tamandua tetradactyla

Le fourmilier à collier a conquis un territoire très vaste dans le Gran Chaco. Il vit tant dans les forêts tropicales que dans les savanes arides. Ses griffes sont indispensables à sa défense et lui permettent de compenser son manque de dentition. En cas d’attaque, il se met debout et se défend avec ses ongles tranchants. Ses derniers lui permettent aussi de casser des nids d’insectes pour s’alimenter. Il se nourrit principalement de fourmis et de termites, mais aussi de miel et même de certains fruits. Son museau fin cache une langue très longue d’une quarantaine de centimètres qui lui permet de capturer ses proies. Animal solitaire, il transporte ses petits sur son dos après leur naissance.

																					
Tamandou à collier ou tamandua du sud (Tamandua tetradactyla), Paraguay

Tamandou à collier ou Tamandua du Sud – Tamandua tetradactyla

Aussi appelé fourmilier à collier ou tamandou à quatre doigts, le tamandou à collier vit en Amérique du Sud : on le retrouve en Colombie, au Venezuela, jusqu’au nord de l’Argentine et au Paraguay. Il peuple les forêts sèches et tropicales, les savanes arides et les zones vallonnées jusqu’à 2000 m d’altitude. Habitué à vivre en solitaire, il évolue souvent près des ruisseaux et rivières, car c’est là que se trouvent ses proies.

Il se nourrit principalement de fourmis, de termites, mais également d’abeilles, ce qui lui vaut d’être surnommé « oso mielero » (ours à miel) par les locaux. D’une taille allant de 1,20 à 1,40 m, le tamandou à collier peut peser de 7 à 8 kg. Ses pattes sont dotées de griffes puissantes qui lui servent à casser les nids d’insectes et pour se défendre.

																					
Renard des savanes (Cerdocyon thous)

Le Renard d’Aszara – Lycalopex gymnocercus

Le renard d’Aszara, appelé localement Zorro, vit en solitaire. Tous les ans au printemps, le mâle revient dans la région où vit sa partenaire pour la reproduction. Trois à cinq petits naissent alors. Jusqu’à ce que les petits puissent vivre seuls, ils accompagnent leurs parents. Vous aurez alors peut-être la chance de les croiser en famille avant que chacun ne parte de son côté. Leur régime alimentaire est très diversifié : des insectes, des fruits, des reptiles, des petits mammifères et même des animaux morts en décomposition. La base de leur alimentation reste les souris et les serpents. Leur stratégie de défense est très particulière. Quand ils se sentent menacés et ne peuvent pas s’échapper, ils font les morts, restent immobiles et ferment leurs yeux pour tromper leurs prédateurs.

																					
Tapir du Brésil (Tapirus terrestris), Paraguay

Le Tapir du Brésil – Tapirus terrestris

Le tapir du Brésil est un mammifère de la famille des Tapiridae. Il est l’animal sauvage le plus lourd d’Amérique du Sud. En effet, il peut peser jusqu’à 220 kg pour une hauteur d’un mètre environ. Cet énorme végétarien ne mange pas tout ce qu’il trouve, il préfère les germes terreux de ses plantes préférées. Il aime aussi l’écorce et les plantes aquatiques comme les nénuphars. Très bons nageurs, les tapirs du Brésil peuvent aussi courir lorsqu’ils sont intégralement sous l’eau. Nocturnes et solitaires, vous pourrez les observer majoritairement de nuit. Pour communiquer, ils émettent des sifflements et autres sons. Leur peau particulièrement épaisse les protège des arbres épineux, ce qui s’avère très utile en cas d’attaque.

																					
Le tatou à trois bandes, faune du Paraguay

Le Tatou à trois bandes – Tolypeutes matacus

Le tatou à trois bandes du Sud est une espèce de tatou originaire d’Amérique du Sud. C’est une espèce relativement commune dans le Chaco. Il est facilement observable de nuit lorsqu’il sort à la recherche de nourriture composée principalement de fourmis et de termites. Sa carapace dure et bien développée protège l’intégralité de son corps. En cas de danger, il s’enroule dans sa carapace et devient une boule coriace. Pourtant, cette carapace ne résiste pas aux attaques de pumas ou de chouettes. Un tatou à trois bandes peut vivre jusqu’à 20 ans. Exploité comme animal de compagnie, le trafic international du tatou nuit grandement à l’espèce.

																					
Petit tatou velu, Chaetophractus vellerosus

Petit tatou velu –  Chaetophractus vellerosus

Vivant en Argentine, Bolivie et Paraguay, le petit tatou velu peut mesurer jusqu’à 25 cm. Son nom provient de ses longs poils dépassant de sa carapace. Il s’adapte à tous types d’environnement, autant aride qu’humide. À l’instar de ses congénères, il n’est pas capable de se mettre en boule pour se protéger. Néanmoins, il est très doué pour creuser le sol, avec une rapidité impressionnante ! Insectovore, il est très friand de fourmis et de termites.

																					
Tatou à neuf bandes ou tatou commun (Dasypus novemcinctus)

Le Tatou à neuf bandes – Dasypus novemcinctus

Le tatou à neuf bandes est un mammifère apparenté aux fourmiliers et aux paresseux.  Vous pouvez le trouver du sud de l’Amérique du Nord jusqu’au centre de l’Argentine. Il possède une armure à neuf bandes transversales, d’où son nom scientifique : Dasypus novemcinctus. La partie centrale de sa carapace est mobile et articulée tandis que les parties inferieures et postérieures sont fixes.  Sa tête et son museau sont longs et minces ; ses oreilles assez rapprochées sont assez grandes pour sa taille. Sa queue longue et fine est aussi couverte d’anneaux écailleux articulés.  Il est reconnaissable par son corps cuirassé.
C’est un animal qui vit principalement la nuit et de nature solitaire. Il se nourrit d’insectes et autres invertébrés comme les fourmis, les termites et les vers. Ses pattes à griffes lui permettent de creuser afin de se nourrir mais aussi de se cacher.
Quand il se sent en danger, il se met en boule de manière à dissimuler ses pattes, sa tête et sa queue afin de les protéger. Il a une durée de vie allant en moyenne de 12 à 15 ans.

																					
Singe Hurleur noir (Alouatta carayá) – Femelle

Singe hurleur noir  – Alouatta carayá

Le singe hurleur noir est le plus grand et le plus austral des singes d’Amérique. Il est inscrit au « Guinness World Records » comme étant l’animal le plus bruyant du monde. En effet, son cri peut être entendu jusqu’à 16 km ! Cette particularité, qui permet d’éviter les conflits entre différents groupes d’individus, lui vaut la réputation d’être un grand diplomate.Alors que tous naissent avec un pelage couleur de paille, celui des mâles devient noir à l’âge adulte. Leur corps mesure de 65 à 90 cm, et leur queue mesure de 70 à 90 cm, pour un poids d’environ 6 kg.

Le singe hurleur noir est folivore : il se nourrit principalement de feuilles et occasionnellement de fruits. Il évolue en groupe d’environ 7 individus et peut vivre jusqu’à 20 ans. Ses principaux prédateurs sont le jaguar et les oiseaux de proie, mais le pire de tous reste l’homme, notamment à cause de la déforestation, du braconnage et du commerce illégal. On le trouve au Brésil, au Paraguay, en Bolivie et dans le Nord de l’Argentine. Il vit la plupart du temps dans les arbres et ne descend que rarement au sol.

																					
Loup à crinière (Chrysocyon brachyurus)

Loup à crinière – Chrysocyon brachyurus

Le loup à crinière est un canidé d’Amérique du Sud. Il doit son nom à la longue et épaisse toison noire qui couvre son encolure et ses épaules. Si son aspect se rapproche du loup ou d’un grand renard, il est en réalité distinct de tous les autres canidés sur le plan génétique, ce qui en fait un animal unique en son genre. On le trouve dans certaines régions du Brésil (sud, sud-est et centre-ouest), au Nord de l’Argentine, en Bolivie et au Paraguay. Son habitat naturel va des prairies aux forêts broussailleuses.

Le loup à crinière peut mesurer de 120 à 130 cm de long, et de 75 à 90 cm au garrot. Sa queue mesure de 28 à 45 cm et il pèse entre 20 et 25 kg. Son alimentation se compose de fruits pour moitié, et de rongeurs, d’insectes et d’oiseaux. Il chasse toujours en solitaire. Il ne vit d’ailleurs pas en meute, mais en couple sur un territoire de 30 km2.

																					
Cerf des marais au Paraguay

Cerf des marais – Ciervo isleño, Ciervo del Delta – Blastocerus dichotomu

Le cerf des marais, pukú guazú en guaraní, est le plus grand des cervidés de l’Amérique du Sud. Vivant dans des zones très humides, voire innondées, on le retrouve par petits groupes isolés dans le bassin de la rivière Paraná. Il peut atteindre jusqu’à 120 cm au garrot et peser jusqu’à 150 kg. Leur pelage est brun clair avec des marques blanches sur la croupe, vers les yeux et sur le rebord des oreilles. Les extrémités des pattes sont noires. C’est un animal nocturne et nomade, qui se déplace à la recherche d’herbes, de fruits et de racines. Dans le Chaco, pendant la saison sèche, il reste en bordure des cours d’eau. Après 200 jours de gestion, les femelles mettent bas entre octobre et novembre. Naît un petit pas portée, celui-ci a un pelage marbré de blanc durant la 1ère année.

																					
Cerf des pampas au Paraguay CC

Cerf des pampas – Ciervo la pampa – Ozotoceros bezoarticus
Le cerf des pampas est un cervidé de petite taille qui habite dans les plaines ouvertes et peu boisées d’Amérique du Sud. Il est reconnaissable à distance : une forte odeur de musc est sécrétée par des glandes interdigitales grâce auxquelles il marque son territoire. L’animal vit par petits groupes. Ses sens sont très développés, et l’animal est très agile ce qui leur permet d’échapper aux prédateurs. On peut parfois observer un comportement de protection : les biches tendent à faire face à aux prédateurs et attirer l’attention sur elle pour permettre à leur faon d’aller se mettre à l’abri. Au garrot, il peut mesurer jusqu’à 70 cm et peser jusque 45 kg. Les cerfs ont de bois ramifiés à 3 pointes. Le pelage peut varier du marron très clair à un ton plus foncé.

																					
Ocelot Paraguay CC

Ocelot – Leopardus pardalis

L’ocelot est un félin qui vit en Amérique Latine. Il s’adapte à de nombreux milieux : dans les marais, les prairies, les buissons ou encore les forêts tropicales. Animal nocturne, l’ocelot est carnivore et chasse la plupart du temps au sol. Il mange des rongeurs, des oiseaux, des lézards ou encore des serpents. Ce félin aux oreilles rondes possède un corps allongé et de courtes pattes munies de larges pieds. Il peut peser jusqu’à 12 kilos et varie entre 92 et 144 cm de longueur. Il vit jusqu’à l’âge de 20 ans. La couleur de sa robe s’adapte en fonction du milieu dans lequel il est. Il est plus ocre en zone forestière tandis que son pelage devient grisâtre et terne dans un espace aride. Ses rayures et tâches noires sur le corps l’aident à se dissimuler dans les espaces. Cette espèce est aujourd’hui en danger car elle fût beaucoup chassée pour sa fourrure dans les années 60.

																					
Agouti, Paraguay CC

Agouti – Aguti – Dasyprocta

Selon la région, les agoutis sont appelés de différentes facons : ñeques, picures, jochis, sereques, seretes, añujes, guatuzas, guatines. C’est un petit rongeur qui mesure entre 40 et 70 cm de long et environ 30 cm de haut. Son pelage a la particularité de se hérisser lors des parades nuptiales et en cas de danger. Il vit en Amérique centrale, sur quelques îles des Caraïbes, et au nord et au centre de l’Amérique du Sud. Étonnamment, il vit aussi en Afrique de l’Ouest. Il peuple les sous-bois des forêts tropicales, mais s’adapte aussi dans les savanes et les champs cultivés. L’agouti est herbivore : il se nourrit de feuilles de palmier, de fruits et de graines, mais aussi de tubercules et d’herbe. Lorsqu’il trouve des graines, il les conserve dans des galeries souterraines, afin de pouvoir s’alimenter quand la nourriture se fait rare.