-->

L’ère des conquêtes

En 1537, Juan de Ayolas est en campagne à la recherche de la Sierra de la Plata pendant que Domingo Martínez de Irala est chargé d’attendre le retour de ce premier à Candelaria.

Les maisons typiques des indigènes du Paraguay

Juan de Salazar y Espinoza, qui avait été envoyé à la rencontre d’Ayolas et d’Irala, entretient de bonnes relations avec les guaranis carios et avec leur accord, fonde Nuestra Señora Santa Maria de la Asunción. Quant à Pedro de Mendoza, il donne ses attributions politiques, militaires et de justice à Ayolas, l’habilitant même à nommer son propre successeur. De même, il nomme Francisco Ruíz Galán comme lieutenant du gouverneur et commandant intérimaire de Corpus Cristi, Buena Esperanza y Buenos Aires. Mendoza prend alors la mer pour rentrer en Espagne, qu’il ne reverra jamais puisqu’il meurt lors de la traversée.

Alors qu’Irala faisait réparer ses bateaux à Asunción, l’expédition d’Ayolas, chargée d’or, d’argent et de pierres précieuses, arrive de retour du Haut Pérou. Ayolas décide d’attendre Irala à Candelaria mais les Guaicurúes, peuple de la zone, en profitent pour tuer tous les membres de l’expédition. Ruiz Galán, informé de la fondation d’Asunción et du bon accueil des indigènes, s’y rend et ordonne être reconnu comme gouverneur. Mais Irala, successeur d’Ayolas, s’y oppose mais ne montre pas la preuve écrite de son mandat.

																					
Microsculptures en bois et polychromie, Tobati, Paraguay 1970, Musée del Barro Asuncion

En 1537, le roi Charles V d’Espagne, au courant de la mort de Mendoza, envoie par le biais d’Alonso de Cabrera un document autorisant les expéditionnaires à choisir leur gouverneur. À Asunción, Cabrera est désigné pour régler la dispute en Galán et Irala. Ce dernier montre alors le document où Ayolas le désigne comme successeur : le commandement revient à Ayolas et en son absence Irala assurerait ces fonctions.

Cette même année, les guaranis avaient mis sur pied un plan pour tuer tous les Européens qui se trouvaient dans la zone d’Asunción. Mais le plan est découvert et Irala ordonne la mise à mort des têtes du mouvement. C’est ensuite qu’Irala est nommé et reconnu par les autres capitaines comme gouverneur intérimaire en l’absence d’Ayolas. Irala a alors l’autorité pour envoyer une nouvelle expédition à Candelaria à la recherche d’Ayolas. C’est de cette façon qu’ils apprennent qu´Ayolas a été tué l’année précédente, Irala est donc officiellement gouverneur, jusqu’à ce que la couronne en décide autrement. Parmi les politiques d’Irala on peut nommer le déplacement de la population de Buenos Aires à Asunción en 1541, et également l’encouragement des unions mixtes entre européens et indigènes formant ainsi la population paraguayenne.

																					
La conquête du Paraguay

En 1547, le pape Paul III commande la construction de la première cathédrale d’Asunción et en 1555, Fray Pedro Fernández assume le rôle d’Obispo. Cette même année sont importés au Paraguay sept vaches et un taureau qui finiront par engendrer une grande partie de bétail du pays. En 1556, Irala finit par accepter le système d’encomienda : chaque conquistador reçoit des terres et la responsabilité de guaranis. Ceux-ci se voient être au service du conquistador notamment pour travailler les terres en échange de protection mais aussi d’éducation chrétienne.  Irala décède la même année. Sa disparition marque la fin de l’ère des conquêtes.