-->

Les musées du Paraguay

De Filadelfia à Asunción, nous vous faisons découvrir les musées emblématiques et insolites du Paraguay.

VILLE D’ASUNCION

Musée du Cabildo

De couleur rose pale, le Museo del Cabildo est situé en plein milieu de la place de l’indépendance à Asunción. L’édifice a été construit le 16 septembre 1541 par le gouverneur Domingo Martinez de Irala suite à sa migration de Buenos Aires à Asunción. De ce moment-là et jusqu’à sa dissolution par le « Dictateur Suprême » paraguayen José Gaspar Rodríguez de Francia en 1824, il sera « el Cabildo » (la Mairie de la ville).
Reconstruit en 1844, il a été ensuite occupé par le congrès national pour accueillir les pouvoir exécutif et législatif. Les travaux ont été entrepris sous le gouvernement de Don Carlos Antonio López. C’est l’architecte espagnol Pascual Urdapilleta qui est à l’initiative de la conception et des rénovations de l’actuel bâtiment.
Inauguré en mai 2004 par le Président du Congrès national de l’époque, Carlos Mateo Balmelli, il devient le Centre Culturel de la République. Derrière sa très belle façade, le musée regorge d’éléments qui retracent l’histoire de la nation. Il conserve le patrimoine de la culture paraguayenne et guarani. Ce centre culturel est constitué de plusieurs salles attribuées aux différents musées de la ville : Salle de l’Argile, Salle de l’Art Sacré, Salle Guido Boggiani, Salle de musique, Salle de la Mairie, Salle de Cinéma et de Vidéos et la Bibliothèque des auteurs paraguayens Augusto Roa Bastos. Il y a aussi deux salles d’expositions temporaires.

Musée del Barro

Aussi connu sous le nom de Musée de l’Argile, le Museo del Barro conserve des œuvres uniques d’argile réalisées par différents artistes paraguayens permettant d’entretenir la mémoire historique de ce peuple. Situé dans le quartier Île-de-France d’Asunción, il est l’un des espaces les plus importants de la culture ancestrale.
D’appellation officielle « le Centre des Arts Visuels », le musée est fondé en 1979 en tant qu’institution privée. Ce centre regroupe aujourd’hui trois musées de l’art paraguayen : le Museo del Borro (de type rural), le Museo de arte Indigena (de type autochtone), le Museo de Arte Contemporáneo (de type urbain). Il a été déplacé en 1980 à San Lorenzo avant de revenir définitivement à Asunción en 1983 avec davantage d’objets en argent, de sculptures jésuites et franciscaines, de tissus et dentelles. En 1988 le musée s’installe de façon permanente dans les locaux du Centre des arts visuels.
À l’intérieur du musée, il existe plus de 4000 pièces correspondant à des réalisations métissées à partir du XVIIe siècle. Toute la collection contient des sculptures sur bois, des tissus, de la dentelle, des céramiques et orfèvres. À cela s’ajoute plus de 300 pièces de poterie précolombienne des différentes parties d’Amérique latine.

Musée de la Station Centrale du Chemin de fer Carlos Antonio López

Ce musée reflète une période de prospérité pour le Paraguay lorsqu’il est devenu en 1857, sous le gouvernement López, le premier pays d’Amérique latine à disposer du chemin de fer. En 1992, l’Administration des Chemins de Fer fait le choix de rassembler toutes les pièces des anciennes gares du pays pour constituer ce musée. Ce musée entretient l’histoire d’une grande avancée technologique pour le Paraguay.
Installée dans la gare centrale d’Asunción, il est possible d’observer les vieux télégraphes, les téléphones, documents administratifs, dossiers du personnel et coffres-forts conservant des objets d’époque. Il conserve également la première locomotive qui a été construite en Angleterre puis exportée vers le Paraguay. Une visite du musée permet de revivre les voyages d’autrefois.

Musée National de Bellas Artes

Située dans la rue Eligio Ayala d’Asunción, le musée a été fondé en 1909 par le collectionneur paraguayen Juan Silvano Godoy, premier directeur général des Musées et Archives du Paraguay. Ce dernier s’est consacré à la recherche et la collecte de peintures, sculptures, céramiques, meubles et objets. Le musée renferme des articles appartenant à des époques différentes et des courants artistiques variés (européen, national…).
Au fil des années, il s’est ouvert aux expositions temporaires de photographies et œuvres plus contemporaines. L’initiative de cette construction repose sur la volonté de rendre accessible le savoir et de partager le plaisir de l’esthétisme.
Pour son fondateur, le musée des beaux-arts est porteur d’éducation, de richesse publique et d’amélioration des industries. Depuis 1939, il est officiellement reconnu comme musée d’État.

Musée Militaire

Installé dans les locaux du Ministère de la Défense national du Paraguay, le musée militaire abrite une grande variété d’armes, drapeaux, uniformes, projectiles, objets de guerre et documents originaux sur les deux plus grands affrontements armés que le pays a connus : la Guerre de la Triple Alliance et la Guerre du Chaco.

VILLE DE FILADELFIA

Musée Scientifique Jakob Unger

Crée en 1957, le musée scientifique Jakob Unger regroupe la quasi-totalité des animaux du Chaco paraguayen. La collection compte 210 espèces d’oiseaux, de mammifères et de reptiles sur un total estimé à 250 espèces. Le musée porte le nom de Jakob Unger en l’honneur du premier pionnier des colonies mennonites du Chaco paraguayen à avoir étudié scientifiquement la faune de cette région. Il est à l’initiative de la première collection d’éléments permettant de connaitre les différents écosystèmes du Chaco.

Musée de la Colonie

Aussi connu sous l’appellation « el Koloniehaus », le musée de la Colonia est inauguré en 1980 soit 50 ans après la fondation de la ville Filadelfia. Il est installé dans le bâtiment qui gère depuis 1934 l’administration de la communauté.
Le musée répertorie des objets de la vie quotidienne apportés d’Allemagne et de Russie par les pionniers mennonites mais également des objets fabriqués par ces derniers dans le Chaco paraguayen.
Dans les différentes salles du musée, il est possible d’observer des vêtements importés par ces pionniers, des objets de cuisine fait en porcelaine ou en mosaïque, mais aussi des billets et pièces de monnaie d’Allemagne et de Russie. Le musée collecte des objets artisanaux relatifs à la vie inhospitalière du Chaco. Des éléments de menuiserie et de construction permettent de montrer le caractère industrieux des mennonites implantés à Filadelfia.

REGION YVI

Musée de San Ignacio

Le musée de San Ignacio contient des sculptures de saints provenant des missions jésuites et réalisées par les indigènes, il y a plus de 300 ans. Les peintures polychromes de saints ont été faites dans les ateliers des missions avec des pigments naturels du site du même nom.
La mission San Ignacio a été fondée en décembre 1609 par le père Marciel de Lorenzana, à la demande du chef Arapysandú. Elle a été officiellement établie en 1610 sous le nom de « San Ignacio Guazú ».
Initialement située à Santa Rita, elle est déplacée à Santiago, son emplacement actuel. La nouvelle mission construite par les jésuites, avec l’aide des indigènes, a été abandonnée en 1768, date à laquelle ils sont expulsés par le roi d’Espagne Carlos III. En 1927, les jésuites sont rentrés au Paraguay et ils ont occupés l’ancienne école comme lieu de vie. Depuis 1975, cet espace est dédié au musée.

Musée Agustín Barrios

Fondée en 1880, l’ancienne maison du compositeur et guitariste paraguayen Agustín Pío Barrios, aussi appelé « Nitsuga Mangoré », a été acquise en 1993 par l’artiste Gil Alegre Nuñez, promoteur culturel. Ce musée nommé « casona Mangoré » est dédié à la commémoration de la vie et des œuvres d’Agustín Pío Barrios, l’un des artistes classiques les plus célèbres au monde. Il combinait chansons folkloriques du pays avec le style baroque de l’époque. On retrouve des photographies, livres, magazines et journaux de l’époque décrivant l’histoire de Mangoré. Le musée comprend une bibliothèque, des portraits de Barrios et une galerie principale où exposent de nouveaux artistes.Ouvert toute la semaine de 8h à 20h à San Juan Bautista.

Musée Santa Maria de Fe

Le musée diocésain compte 56 sculptures de style baroque. Elles ont été faites à l’époque des missions jésuites. Les grandes sculptures de saints ont été réalisées par les jésuites et les plus petites par les Guaranis qui ont reproduit le travail des artistes espagnols. Elles sont réparties dans six salles : la salle des vestiges de l’ancienne église, la salle des saints de la Compagnie de Jésus, la salle des saints de l’Église, la salle des saints anges et archanges, la salle de la nativité et de la passion, la salle de la mort et la résurrection de Jésus Christ.

Musée de Santa Rosa

Ouvert depuis 1981, ce musée abrite de nombreuses sculptures, toutes de style baroque de l’époque des missions jésuites, datant du XVIIème siècle. Il est le seul musée qui conserve des œuvres réalisées avec de la peinture jésuite d’origine comme c’est le cas avec la Vierge de Lorette. La statue de la Vierge de la Piété (Virgen de la Piedad) a été sculptée par les Guaranis, d’où ses caractéristiques indigènes. À l’inverse, certaines sculptures s’inspirent d’un style plus européen, comme celles qui ont été exécutées par le jésuite italien José Brasanelli. Ce dernier aurait enseigné l’art européen aux Guarani.
Le musée contient des pièces de l’artisanat d’époque ainsi que des peintures murales restaurées. Il possède également des vestiges lithiques, des briques, de la céramique, des têtes d’anges, des saints jésuites en cèdre polychrome. Il est considéré comme un petit temple à part entière en raison de ses fresques murales, des détails peints et de la technique utilisée.

Musée Santiago

Fondé en 1984 par la fondation allemande Paracuaria, ce musée reflète l’époque des missions jésuites du XVIème au XVIIIème siècle à travers des œuvres de style baroque. À l’intérieur sont exposés plus de cinquante images en bois sculptées à la main par les Guaranis, à la suite des enseignements des maîtres jésuites. Après l’effondrement de l’ancien temple, les pièces avaient été récupérées et placées dans l’église principale. À la construction du musée actuel, les pièces ont été transférées à cet endroit.

Musée Ex Cuartel del Mariscal López Paso de Patria

Dans la petite localité de Paso de Patria, au sein d’une maison coloniale, se trouve le musée Ex Cuartel del Mariscal López de Humaita. Ce dernier porte le nom du Mariscal le plus célèbre du Paraguay du fait que ce lieu ait servit de quartier général a l’armée paraguayenne durant la guerre de la Triple Alliance. Il expose de nombreuses pièces récoltées par les habitants de la zone. En effet, cette région vit de nombreuses batailles durant cette guerre entre 1864 et 1870 notamment celles de Curupaytí ou encore Tuyuti. Parmi ces objets, il est possible d’apprécier de nombreuses armes, pièces de monnaie ou encore des étriers, et des canons, entre autres. Ouvert du lundi au samedi de 07h à 11h30.

Musée historique Humaita

Bordant le río Paraguay, Humaita, de yma ita, « Pierre Antique » en Guarani, constitue une véritable plongée au cœur de l’histoire du Paraguay. Outre les ruines de la paroisse San Carlos Borromeo, vous y trouverez également le musée historique. Rénové en 2004, ce dernier se trouve à l’intérieur d’une belle demeure coloniale et retrace parfaitement les batailles les plus sanglantes dont a été témoin cette région du pays. Notamment avec des illustrations et des objets retrouvés de celles de Curupaytí, Tuyuti et Estero Bellaco. Ouvert du lundi au vendredi de 08h à 11h30 puis de 13h30 à 16h30. Ainsi que le dimanche de 08h à 11h30.

REGION CORDILLERA

Musée des ateliers du chemin de fer de Sapucai

Au milieu du XIXe siècle, le président Carlos Antonio López a lancé le transport ferroviaire au Paraguay. Situé à 90 km d’Asunción, le musée des ateliers de chemin de fer de Sapucai vise à la sauvegarde et à la conservation des biens culturels de cette ville. De nombreux objets de l’époque sont observables : de veilles locomotives, les sièges de seconde classe, des lanternes, des télégraphes, certains horaires de trains et bien d’autres témoins de ce riche passé ferroviaire. En souvenir d’un voyage de 1930 est exposé le wagon présidentiel d’Eusebio Ayala et du Maréchal José Félix Estiggariabia, accompagné des quelques photos. Le musée est bien entretenu et la collection est complète. De nos jours, plus aucun trajet en train ne s’effectue jusqu’à Sapucai et les ateliers du chemin de fer ont fermé en l’an 2000. Ouvert tous les jours de 08h00 à 16h00.