-->

Eusebio Ayala

Eusebio Ayala était un avocat paraguayen, qui a occupé à deux reprises la fonction de président de la République du Paraguay.

Né à Barrero Grande le 14 août 1875, ville rebaptisée Eusebio Ayala par la suite, il part très jeune, après l’école primaire, travailler comme apprenti dans une boutique à Asunción. Grâce à ses efforts, il parvient à intégrer le Collège National, d’où il ressort en 1896, diplômé du baccalauréat. Ayala s’inscrit ensuite à la faculté de droit de l’Université Nationale et finance ses études grâce à son travail et à des bourses. En 1904 il devient docteur en droit et sciences sociales, après avoir écrit une thèse sur le budget national.

Après ses études, Eusebio Ayala part pour l’Europe, où il est secrétaire d’ambassade au Royaume-Uni durant trois ans. Il effectue d’autres voyages sur le continent, qui lui permettent de maîtriser parfaitement l’anglais et le français, mais aussi d’enrichir sa formation philosophique et culturelle. C’est au cours d’un séjour à Paris qu’il rencontre Émilie Durand. Cette Française originaire de Tours deviendra son épouse et repartira avec lui au Paraguay, le suivant jusqu’à la fin de sa vie.

De retour dans son pays d’origine, Ayala enseigne le droit et devient recteur de l’Université d’Asunción. Il travaille aussi comme journaliste pour les journaux El Diario et El Liberal, avant de devenir directeur de la Revue de Droit et Sciences Sociales. Puis il est nommé ambassadeur aux États-Unis. Il est aussi le seul paraguayen de son époque à avoir donné une conférence à La Sorbonne, dans un français parfait, au sujet du conflit juridique opposant le Paraguay et la Bolivie sur le Chaco Boréal.

En 1921 le président Manuel Gondra est contraint à la démission, par une crise politique et par l’impossibilité pour le vice-président Félix Paiva de former un gouvernement. Eusebio Ayala est désigné le 7 novembre 1921 par le Congrès National pour lui succéder temporairement. Il exerce la fonction jusqu’à sa démission le 12 avril 1923. Son second mandat commence le 15 août 1932, quelques jours avant le début de la guerre du Chaco. Au cours du conflit, il visite le champ de bataille à plusieurs reprises, ce qui lui vaut le titre officieux de « Président de la Victoire ». Les trois piliers sur lesquels il appuie son gouvernement pendant la guerre sont une excellente relation avec le chef des armées, une gestion rigoureuse des ressources économiques du pays, et une diplomatie solide et compétente dans la résolution du conflit.

Le 17 février 1936, à quelques mois de la fin de son mandat, Eusebio Ayala est renversé par un coup d’état militaire. Exilé, il part vivre à Buenos Aires, où il intègre un important cabinet d’avocats. Il devient par la suite directeur de la chambre argentino-paraguayenne, il écrit également pour le journal local La Razón. Il meurt à Buenos Aires le 4 juin 1942, n’ayant pu retourner au Paraguay qu’à l’occasion de voyages professionnels.