-->

José Gaspar Rodríguez de Francia

Surnommé “el Doctor Francia”, José Gaspar Rodríguez de Francia a été le Président du Paraguay pendant 26 ans, de 1814 à 1840.

José Gaspar Rodriguez de Francia

Francia obtient une licence et une maîtrise en Philosophie ainsi qu’une licence et un doctorat en Théologie sacrée à la Universidad Real de Córdoba de Tucumán en Argentine. De retour à Asunción en 1785, il enseigne au Collège Royal et au séminaire de San Carlos. Il se dédie au droit à partir de 1792. Il a occupé diverses fonctions au conseil d’Asunción et endosse même le rôle de maire ordinaire en 1808. Désigné député de la province du Paraguay en 1809, il devient, à terme, l’un des principaux dirigeants du mouvement indépendantiste du pays. Il est considéré comme l’idéologue du processus d’émancipation et du principe de souveraineté nationale.

Le Paraguay obtient officiellement son indépendance de la couronne espagnole après la Révolution de mai 1811. Rodríguez de Francia fait partie intégrante du 1er conseil de gouvernement qui s’est déroulé le 17 juin 1811. Il est celui qui a prononcé le discours d’inauguration de ce nouveau gouvernement affranchi. En octobre 1813, le congrès désigne Francia et Fulgencio Yegros, militaire et homme politique, pour former un consulat. Un an après, le troisième congrès paraguayen, composé d’environ mille députés paysans, se réunit sur la demande de Rodríguez de Francia. À l’issue de la concertation, le Congrès lui accorde le caractère exceptionnel de dictateur suprême de la République du Paraguay pour quatre ans. Lors du quatrième congrès du 30 mai 1816, il est proclamé dictateur perpétuel alors que son mandat n’a pas encore pris fin.

En 1815, à la suite de la scission entre l’Église Catholique et Rome, l’Église du Paraguay devient nationale. Les ordres religieux sont supprimés et les couvents se transforment en casernes. En 1824, les biens de l’Église sont confisqués et transférés à l’État. À cela s’ajoute l’interdiction formelle de créer de nouveaux temples. C’est le seul pays d’Amérique Latine qui ne possède plus de clergé.

 

																					
José Gaspar Rodríguez de Francia, dictateur du Paraguay

José Gaspar Rodríguez de Francia fonde son idéal politique sur des écrits de Jean-Jacques Rousseau, comme le fit Benjamin Franklin. Son gouvernement est vu comme tyrannique dans la mesure où la prise de décision lui est absolue et qu’il ne se réfère pas au Parlement.

Durant son mandat, le pays atteint quasiment l’autosuffisance, malgré des relations restreintes avec les pays voisins, à l’exception du Brésil en raison d’affaires commerciales via Itapúa. Francia aurait tenté de rompre la barrière économique avec l’extérieur. Cet enlisement proviendrait du fait que les pays alentours ne reconnaissent pas le Paraguay comme nation libre et indépendante. À cette époque, la vigilance aux frontières est élevée notamment à cause des tentatives d’annexions de Buenos Aires. Pour exporter sa production, le pays conclut un accord de libre navigation sur les fleuves avec Buenos Aires. En interrompant l’accord, Buenos Aires maintient le pays à l’écart.

Toutefois, ce contexte politique et économique favorise le développement industriel, commercial et agricole au sein même du pays. Francia mobilise paysans, industriels, marchands, ouvriers, artisans pour palier à l’oligarchie des propriétaires terriens, hauts responsables et riches trafiquants. À la tête d’une nation isolée, Francia met en place une nouvelle structure économique. Celle-ci passe par l’amendement de la population espagnole et la nationalisation de la banque avec le transit de l’argent par l’État. Cette étatisation évite au Paraguay d’avoir une dette extérieure. La présence de l’État dans les entreprises et le secteur des services est importante. Rodríguez de Francia promeut également en 1823 la première réforme agraire de l’Amérique Latine. Pour tout cela, les classes populaires et les classes moyennes l’ont qualifié de visionnaire, à l’inverse des plus privilégiés.

Francia met en place une dictature rigoureuse dans la persécution de ses ennemis, c’est-à-dire les Espagnols et héritiers de la couronne d’Espagne. Accoutumés au mode de vie introduit par les Jésuites, une grande partie des Paraguayens rejette le luxe et les excès des Espagnols. En mettant fin à ce règne, Francia a gagné le soutien du public.