-->

Aimé Bonpland

Le botaniste et médecin français a passé plus de la moitié de sa vie en exploration sur le continent américain.

Aimé Bonpland au Paraguay

Aimé Jacques Alexandre Bonpland, surnommé Bonpland, est un exploreur et botaniste français né le 29 août 1773 à La Rochelle. En 1790, Bonpland part faire des études de médecine à Paris. Il se rend aussi à des cours de botanique au Musée National d’Histoire Naturelle. Après avoir été engagé plus d’un an comme médecin à l’armée, il termine ses études en 1797.

En 1798 il rencontre le célèbre Alexander von Humboldt, tous deux se lient d’amitié et partagent leurs passions pour les voyages et les sciences. Ils partent alors en expédition en 1799 à pieds vers l’Espagne pour ensuite se rendre en l’Amérique latine. Le 5 juin 1799 Humboldt et Bonpland embarquent pour rejoindre Cuba. Le 16 juin 1799, ils posent un pied au Venezuela dans le petit village de Cumana, ils sont alors émerveillés par la nature qu’ils découvrent. Ils voyagent alors au Venezuela, en Colombie, en Equateur, au Pérou, au Mexique et aux États-Unis. Ils terminent leur périple le 30 juin 1804 avant de regagner l’Europe. Ils ont collecté près de 60 000 échantillons avec plus de 6 000 espèces de plantes, des notes géologiques et  observations astronomiques. De retour en France, il est nommé botaniste auprès de l’impératrice Joséphine, femme de Napoléon Ier. Il s’occupera de ses jardins jusqu’à son décès.

Après quelques années en France, il décide de repartir vers l’Amérique. En janvier 1817, Bonpland débarque avec sa famille à Buenos Aires en Argentine, pour un poste de professeur à la faculté de médecine et la gestion du Musée d’Histoire Naturelle. Il entreprend alors plusieurs voyages en Amérique du Sud, dont un dans le Nord de l’Argentine, à la frontière avec le Paraguay. Il se rend dans cette région pour une étude sur le maté. Il a un projet de commercialisation à grand échelle de cette plante, qui était peu exploitée à l’époque. En 1821, il est arrêté par les troupes du dictateur paraguayen qui craint que les recherches de Bonpland menacent la culture de maté au Paraguay. Le pays avait le quasi-monopole en termes de production de maté, le dictateur ne souhaite donc pas perdre cet avantage. Aimé Bonpland est alors détenu  durant 9 ans, aux confins d’une région dans le sud du pays sans pourvoir partir. Pendant sa détention, il vit dans une paisible maison, devenue la Casa Aimé Bonpland, et reprend ses fonctions de médecin auprès du peuple Guarani et au fil des années créé un hôpital. Il étudie les plantes et prépare des médicaments, distille des sirops et fabrique des bonbons. Il possède également un petit élevage avec quelques animaux pour gagner un peu d’argent. Il parle de sa vie en détention dans une lettre où il écrit « J’ai mené une vie aussi heureuse au Paraguay qu’un homme privé de toutes relations avec son pays, sa famille et ses amis ». Il sera libéré en 1831.

Une fois libéré du Paraguay, il s’installe au Brésil où il continue les travaux et les voyages dans les pays voisins : en Argentine et en Uruguay. Il décède le 11 mai 1858 à Paso de los Libres en Argentine.