-->

Antoine de Saint-Exupéry

Basé en Amérique du Sud à la tête de nouvelles filiales aéropostales argentines, l’aviateur et écrivain français foulera le sol paraguayen pour la première fois en 1929, lors de l’inauguration de la nouvelle ligne aérienne entre Buenos Aires et Asunción.

 
La Tigresa, Antoine de Saint-Exupéry, Paraguay

1929, Nouvelle ligne aéropostale vers Asunción

Créée en septembre 1927, la poste aérienne argentine devient une filiale de la compagnie générale aéropostale. Elle compte comme premiers services, les lignes internationales sur les routes de Santiago du Chili, de la région patagonique et également de la capitale paraguayenne, Asunción. Antoine de Saint-Exupéry, 1900-1944, célèbre écrivain français mais aussi aviateur, rejoint en 1929 l’Amérique du Sud afin de diriger la nouvelle filiale aéropostale argentine. Pilote auprès des grands noms de l’aviation française tels que Jean Mermoz et Henri Guillaumet, sa mission tend vers la participation et la contribution du développement de l’Aéropostale jusqu’en Patagonie. Basé en Argentine, son travail consiste à l’étude de nouvelles routes aériennes à travers l’ensemble du continent sud-américain puis à négocier les traités commerciaux. Parfois, il a dû également participer aux missions de secourisme de pilotes en danger.

À partir du 3 avril 1928 se réalisent des vols d’exploration pour l’étude de nouvelles routes aériennes possibles. Pedro Ficarelli, pilote de la poste aérienne argentine, survole Entre Rios, Corrientes, Chaco y Formosa et effectue un inventaire des aérodromes aptes à devenir les futurs aérodromes de l’aéropostal. À la fin du mois d’octobre de la même année, Paul Vachet, chef du trafic aérien, met en place le schéma définitif de la route aérienne entre Buenos Aires et Asunción. Le 1er janvier 1929 et sans autorisation officielle, a lieu le premier service de courriers et de transports de passagers entre les deux capitales. Deux avions décollent dont l’un piloté par l’aviateur Leonardo Selvetti, camarade d’Antoine de Saint-Exupéry. Ces premiers vols sont historiques et considérés aujourd’hui comme des « essais de poste aérienne ». Le 22 mars 1929 est la date du premier vol aéropostal officiel entre Buenos Aires et Asunción. À 29 ans, Antoine se rend au Paraguay pour la première fois pour l’inauguration de la nouvelle ligne aérienne entre Buenos Aires et Asunción.

											https://www.paraguay-excepcion.com/paraguay-par-regions/photos-saint-exupery-paraguay										
voir nos photos
Antoine de Saint-Exupéry au Paraguay

Romance au bord du lac Ypacaraí

Lors de ses voyages au Paraguay, c’est à San Bernardino, nommé à l’époque « la Nouvelle Bavière » qu’Antoine de Saint-Exupéry retrouve Hilda Ingenohl, connue sous le nom de « la tigresa ».Née à Paris en 1889, elle est de 11 ans son aînée. Hilda est l’une des premières femmes aviatrice au monde. Leur première rencontre naît d’ailleurs de cette passion commune, à l’école d’aviation de Paris. Mais c’est au Paraguay, au bord du lac Ypacaraí qu’une toute autre passion entre ces deux individus débutera. D’origine allemande, elle est une femme très libre pour l’époque. Millionnaire et aventurière, elle passa 4 années au Paraguay, où elle rend visite à ses oncles et tantes, la famille Weyler, propriétaire de l’hôtel del Lago. En hommage à cette histoire d’amour entre la tigresse et le célèbre auteur, la suite où se retrouvaient la nuit les deux amants porte aujourd’hui encore le nom de la « Torre de la Tigresa ».

2019, Nouvel envol de Saint-Exupéry au Paraguay

Antoine de Saint-Exupéry est venu pour l’inauguration de la nouvelle ligne aéropostale à Asunción bien avant d’avoir écrit le Petit Prince. Lorsqu’il est venu pour la première fois au Paraguay, l’auteur avait déjà publié deux de ses premiers livres : l’Aviateur et Courrier Sud.

À travers « le Petit Prince », il a connu une gloire mondiale. Selon la Fondation Saint-Exupéry, « le Petit Prince » aurait été traduit dans 391 langues et dialectes, dont en guarani. Le 9 août 2019, ce chef d’œuvre de la littérature française est à nouveau publié au Paraguay. Tel un retour de Saint-Exupéry au pays, l’édition tire 2000 exemplaires du Petit Prince traduit en guarani.

En tant que pilote de la compagnie postale aérienne qui connectait les capitales paraguayenne et argentine, Antoine connaissait la région à la perfection. Selon Delicia Villagra, philosophe et linguiste paraguayenne, il est tout à fait possible que l’auteur se soit inspiré des paysages du Paraguay au cœur de certains de ses écrits. La silhouette du cerro Patiño à titre d’exemple, à proximité d’Ypacaraí, pourrait être par sa forme de chapeau une véritable source d’inspiration chez l’auteur.