-->

Économie du Paraguay : chiffres clés et contexte économique

La situation économique du Paraguay aujourd’hui.

Le début de l'économie

Essentiellement agricole, l’économie du Paraguay s’est ouverte à partir des années 1970 au secteur de l’industrie. La période 1976-1981 a été celle de la prospérité en raison du «boom » économique et qui se traduit par une croissance de plus de 10% par an. En effet, la perception de fonds de « l’Alliance pour le progrès », mécanisme d’aide économique américain, a permis au pays de financier des infrastructures routières essentielles à l’époque : Asunción > Paraguarí > Encarnación (direction Argentine) ; Asunción > Puerto Présidente Stroessner (direction Brésil) ; la route Transchaco (direction Bolivie).

Aujourd’hui considéré comme l’un des pays les plus pauvres d’Amérique Latine, le Paraguay conserve des séquelles des crises financières passées et qui ont impactées l’ensemble du continent au début des années 2000. Le salaire minimum s’élève actuellement à 2 192 839 PYG ce qui équivaut à la modique somme de 350 USD. Toutefois, le pays connait depuis ces dernières années une croissance stable et significative.

																					

Les secteurs économiques du Paraguay

Cette augmentation provient de l’investissement du Paraguay dans le secteur de l’agroalimentaire dont il tire une majeure partie de ses ressources financières. En effet, il se spécialise dans la production et l’exportation de produits agricoles tels que le soja, le coton, le café, la canne à sucre ou encore le maïs. L’agriculture représente près de 20% du PIB (13% résultant de la filière soja) et regroupe environ 45% de la population active.
Réputé pour sa viande de qualité, le Paraguay attire également les investisseurs étrangers ce qui entraine un développement de l’élevage de bétail essentiel afin de répondre à la demande internationale. Ainsi, 70% des exportations nationales concernent le secteur agroalimentaire.

																					

Toujours dans le secteur primaire, le Paraguay perçoit un rendement important avec la sylviculture puisqu’il produit environ 10 millions de m³ de bois par an et notamment du charbon de bois dans la région du Chaco. Découvert en 2012, le sous-sol du Chaco abrite des gisements de pétrole, de fer et de manganèse. Cependant, l’activité minière n’est pas encore très développée malgré une forte exploitation de calcaire dans la région de Vallemi.

En terme d’énergie, le Paraguay se distingue des autres pays sud-américain puisque la quasi-totalité de sa production d’électricité est générée par le barrage d’Itaipu, situé sur le fleuve Paraná et le barrage Yacireta, a la frontière de l’Argentine. Il fait partie de ces rares pays tourné vers le 100% hydroélectrique dont le surplus est revendu à ses pays voisins, l’Argentine et le Brésil, dans le cadre d’accords commerciaux extérieurs. L’hydroélectricité est l’un des principaux facteurs de richesse du Paraguay ; 90% de ce qu’il produit est revendu et devient par conséquent l’un des plus grands exportateurs d’électricité au monde.

Le Paraguay est un pays où l’on croise peu de touristes. Malgré cela, plus de 20 000 emplois directs et indirects ont été créé en 2015. En 5 ans, le tourisme « interne » s’est vu croitre de 25%. En ce qui concerne le tourisme « extérieur », on a recensé en 2014 approximativement 650 000 visiteurs dont la plupart provenaient d’Amérique du Sud (Brésil et Argentine), environ 10% d’Europe et 4% d’Amérique du nord.

Depuis 2013, sous l’impulsion du gouvernement de Horacio Cartes, il a été adopté une loi de responsabilité qui fixe le déficit public autorisé à 1,5% du PIB. Bien qu’il ait augmenté pour plafonner à 1,3% du PIB en 2018, ce chiffre devrait légèrement diminuer et atteindre 1,1% en 2019.  À l’inverse, la dette extérieure du pays a doublé durant ces cinq dernières années en raison de nombreux investissements dans des politiques publiques de développement. Cependant, le Paraguay conserve la dette publique la plus basse, avec 20,4% du PIB, par rapport aux autres pays d’Amérique Latine.