-->

Mario Abdo Benitez, le nouveau président du Paraguay

Originaire d’Asunción, Mario Abdo Benitez préside le Paraguay depuis le 22 avril 2018.

Mario Abdo benitez cc Ministerio de Relaciones Exteriores del Paraguay

Le dimanche 22 avril 2018, Mario Abdo Benitez, surnommé « Marito », est élu avec 46,49 % des voix comme nouveau président du Paraguay pour un mandat unique de cinq ans. Une nouvelle victoire du parti conservateur, au pouvoir depuis presque 70 ans, mais surtout une victoire importante pour Benitez qui dépasse un passé familial encombrant. Certains le surnomment « le fils de la dictature » car son père était le secrétaire personnel du dictateur Alfredo Stroessner, à la gouvernance du Paraguay de 1954 à 1989.

Originaire d’Asunción, il fait sa scolarité au prestigieux collège San Andrès de la capitale paraguayenne puis poursuit ses études dans une université privée du Connecticut aux États-Unis, où il obtient un diplôme en marketing. Il rejoint ensuite les forces armées au poste de lieutenant de l’aviation, il est actuellement officier de réserve de l’armée paraguayenne. En 2005, il devient vice-président du parti de l’ANR, Association Nationale Républicaine, connu sous le nom du Parti Colorado. Huit ans plus tard, il est élu sénateur et de 2015 à 2016, il devient président du Parlement.

Le gouvernement d’Abdo Benitez soutient la politique économique du gouvernement d’Horacio Cartes, son prédécesseur. Il est en conflit avec de dernier pour s’être opposé à sa tentative de modifier la Constitution dans l’objectif d’être réélu. Le principal axe de la politique économique de Benitez est basé sur le développement des exportations, le Paraguay occupant une place importante à l’échelle mondiale dans la production de viande bovine, de soja et d’énergie électrique. Benitez promet également de réformer la justice et de se battre contre la corruption, principal fléau du pays. Avec le soutien de l’Église catholique, il s’oppose à la légalisation de l’avortement ainsi qu’au mariage homosexuel. Il a également condamné les violations des droits de l’homme, les tortures et les persécutions vécues sous la dictature. Pour lui, Stroessner aurait malgré tout beaucoup apporté au Paraguay, dont à titre d’exemple, l’une des plus grandes centrales hydroélectriques au monde partagée avec le Brésil : le barrage d’Itaipu.

Au cours de l’année 2019, le président paraguayen rompt toute relation diplomatique avec le Venezuela et reconnaît Juan Guaido, l’un des chefs de l’opposition vénézuélienne, comme président du pays.