-->

L’architecture native du Paraguay

Le concept architectural guarani paraguayen se basait sur une philosophie de vie particulière.

Maison native, Paraguay

Les techniques utilisées étaient orientées vers des besoins distincts, et basées sur un mode de vie spécifique. C’est l’équilibre entre la construction et son environnement qui était recherché. L’objectif était d’apporter des solutions immédiates à des situations transitoires qui n’étaient ni quotidiennes ni durables, comme par exemple des conditions climatiques extrêmes. Ainsi, l’architecture native au Paraguay se caractérisait par des constructions éphémères et « périssables », avec une faible résistance structurelle, de façon à être facilement déconstruites. Leur forme devait s’adapter à différents facteurs : le climat à affronter, le paysage et l’environnement naturel, l’organisation socio-politique, selon le peuple s’il était nomade ou sédentaire, et que l’on était en temps de paix ou en temps de guerre.

																					
Architecture native du Paraguay

De même, les Guaranis n’utilisaient pas la pierre comme matériau principal, à l’exception de rares tribus qui ont fini par la travailler. La plupart d’entre elles, en raison de leur mode de vie nomade, produisaient des constructions plus simples, faites de matériaux légers, comme la paille et le bambou (takuara). Les indigènes en faisaient de grandes bâtisses destinées à abriter jusqu’à une quarantaine de familles. Ces constructions portaient plusieurs noms : o’guasu (« grande maison »), oygusu, oypysy ou encore oga jekutu (« maison clouée au sol »).

Avec l’arrivée des colons européens, le modèle de vie communautaire traditionnel guarani a été remplacé par le modèle de vie unifamilial. Dès lors, l’o’guasu ne remplit plus que des fonctions liées aux cérémonies et à la religion. En conséquence, l’architecture guaranie a progressivement laissé place à l’architecture importée d’Europe, que l’on retrouve encore aujourd’hui, notamment à travers les anciennes des missions jésuites.

																					
Casa guarani

En raison des matériaux utilisés et de la vocation non-durable des constructions guaranies, il n’existe pas de vestiges à ce jour. Toutefois, certaines initiatives dont la vocation est de préserver le patrimoine historique et culturel guarani, ont permis la reconstitution de plusieurs oga jekutu. Ce patrimoine est aujourd’hui reconnu à la fois par les lois du Paraguay et par l’Unesco, il est à ce titre protégé.