Les métis du Paraguay

Le métissage est un élément central de l’identité du Paraguay. S’il fut souvent forcé pendant la colonisation, il est aujourd’hui largement célébré et embrassé dans la culture paraguayenne.

 

Des enfants de conquistadores

Les metis du Paraguay

Les premiers métis sont nés après l’arrivée des conquistadores au Paraguay. Certains colons avaient des servantes d’origine guarani sous leur toit. Des relations souvent non désirées par ces femmes furent ainsi facilitées. De nombreux enfants naissent de ces unions. Apparaît alors une nouvelle catégorie de la population : « Les métis ».

De nombreux termes sont utilisés pour décrire la population paraguayenne de l’époque. Les métis sont les enfants nés d’un père européen et d’une mère guarani, les créoles désignent les enfants nés au Paraguay d’un père et d’une mère blancs. Ces deux catégories se regroupent sous le nom de « mancebos de la tierra », les enfants nés sur le territoire paraguayen.

Problème, la population blanche installée est en déclin. La couronne espagnole fait alors venir des femmes blanches au Paraguay pour renouveler la population. L’équilibre population blanche/population métisse ne sera pourtant jamais atteint, car les femmes blanches sont moins nombreuses et la polygamie se développe chez les colons qui avaient des enfants avec plusieurs femmes d’origine guarani.

Ces relations commencent en 1537 avec l’arrivée de Juan de Salazar, explorateur espagnol, et ses disciples qui se voyaient offrir des servantes par les Guaranis en signe d’amitié. À chaque nouvelle alliance entre colons et guaranis, des indigènes étaient offertes en cadeau. Les femmes enlevées lors des « entradas » et « rancheadas » (intrusions forcées) organisées par les Espagnols étaient aussi réduites au rôle de servantes. On estime qu’en 1541, 700 femmes guaranis vivaient dans des maisons de conquistadores.

Femme métis du Paraguay et ses enfants

En 1540, un groupe de guarani établit un complot contre le gouvernement de l’espagnol Domingo Martinez de Irala. Sitôt découvert, les Guaranis y ayant pris part sont exécutés. Le reste de la population est pardonné, mais des femmes indigènes doivent s’unir à des conquistadores espagnols.

C’est ainsi que se développe le concubinage et la polygamie au Paraguay et principalement à Asunción, où la population était plus nombreuse. Certaines figures de l’Église s’offusquent de cette pratique qu’ils jugent contraire à la religion. Ainsi, lors de son arrivée en 1542 au Paraguay, Alvar Nuñez veut interdire cette tradition malsaine ainsi que les rapts et viols nombreux perpétués par les conquistadores. Il eut peu de succès pour empêcher les relations charnelles entre européens et guaranis. Le concubinage va alors perdurer tout au long du XVIe siècle essentiellement dans la région d’Asunción et du Guaira. À la fin du XVIe siècle on estime à 249 le nombre de « mancebos de la tierra » dont 47% d’enfants créoles et légitimes, 37,8% d‘enfants métis et 15,2% dont on ne connaît pas l’ascendance. Supposant que ceux dont l’origine est inconnue sont nés d’un père blanc et d’une mère guarani sans avoir été reconnus, les naissances de métis sont plus nombreuses que les naissances créoles au XVIe siècle.

européen-du-paraguay

Comme dans l’ensemble des Indes occidentales, les Européens du Paraguay ne se marièrent qu’exceptionnellement avec leurs servantes indigènes.

Une question se pose alors : les métis et les créoles étaient-ils égaux ? Les colons étaient largement divisés sur le sujet. Certains pour la plupart, des « vieux conquistadores » ont pu juger les métis comme des êtres dangereux amenés à se révolter contre le pouvoir blanc et décriés comme des délinquants. D’autres ont vanté leur force et leur courage. Les métis portaient à l’époque le dur stigmate de la naissance illégitime et du sang indigène.

Avant 1811, les enfants issus de ces naissances préféraient appartenir à la catégorie « espagnols » plutôt que « paraguayens ». De ce fait, la catégorie métissage n’apparaît pas dans les recensements à l’exception d’un recensement de 1799 qui suggère que 1,2% de la population est métisse.

 

La célébration du métissage

Découverte des métis du Paraguay

La population métisse augmente donc lors de la période de colonisation puis après l’indépendance du pays. Au XIXe et XXe siècles et en particulier lors de la Guerre de la Triple Alliance, le métissage devient un concept de plus en plus important avec l’arrivée d’immigrants d’Europe, d’Asie et des pays voisins.

Actuellement, le Paraguay est un pays majoritairement métis dont l’identité est très attachée à la glorification du métissage entre les Espagnols et les Guaranis. Selon l’anthropologue Francisco Lizcano, 74,5% des paraguayens seraient métis, issus d’un mélange européen et guarani.

TOUT SAVOIR SUR LE PARAGUAY

EXEMPLES DE CIRCUITS

CRÉEZ VOTRE VOYAGE SUR MESURE

1) Remplissez notre formulaire et l'un de nos conseillers voyages prendra contact avec vous.

2) Grâce à notre connaissance du terrain nous vous proposons des circuits personnalisés et hors des chemins traditionnels.

3) Nous vous accueillons dès votre arrivée sur place.

4) Vous bénéficiez d'un suivi et d'une assistance 7j/7 et 24h/24 durant votre séjour.

PARTAGER

error: Contenu est protégé.